Decibel Station à Halluin : La 1ère Webradio Techno et Hard Dance de France.

Decibel Station, c'est, disent-ils, la première webradio de France 100 % techno et hard dance. Anthony Ostyn et Antoine Dufour ont créé leur radio il y a un an et l'ont officialisée en créant dernièrement une association.

 

 Rencontre avec deux passionnés du monde de la nuit. C'est une volonté qu'il avait déjà depuis ses 14 ans : « Donner une alternative à la bande FM et aux radios locales pour offrir un contenu qui n'est pas commercial », explique Anthony Ostyn, président de la webradio Decibel Station et qui collabore aussi à nos pages en tant que correspondant local. Une radio qu'il a créée en 2009 avec ses amis.

 

Un an après sa création, Decibel Station prend un nouvel élan. La webradio a été officialisée par des statuts associatifs et depuis quelques mois le contenu a été repensé. « Quand on a créé la radio c'était plus du Jump style et Tek ». Pour les non-initiés, c'est un genre musical qui se rapproche de la médiatisée tecktonik ou plutôt qui a été repris par la tecktonik.

 

Des auditeurs de toute l'Europe

Désormais, un nouveau concept a été mis en place avec trois canaux proposant trois styles de musiques différents bien distincts sur le site : « Club, Jump Tek et Hard. Il fallait qu'on offre aux auditeurs leur propre style », explique le fondateur de la radio, qui diffuse la radio depuis son domicile à Halluin.

La cible ? De jeunes clubbers bien sûr (16 à 25 ans) : des amateurs des sons mixés par les DJs des boîtes de nuit. « On est écouté aux quatre coins du monde dans plus de 35 pays francophones et anglophones »déclare Anthony Ostyn, qui se base le nombre de visites du site. Et à ce DJ dans l'âme d'avancer quelques chiffres :

 

« En janvier et février , on avait 7464 auditeurs en France, 1439 en Belgique, 419 aux Pays-Bas et 123 en Allemagne ». À cet effet, Decibel Station compte miser de plus en plus sur les auditeurs à l'étranger. « J'ai envie de mettre tout le site en anglais ».

L'influence des réseaux sociaux, Facebook et Twitter, a joué sur le succès de Decibel Station, qui accueille toutes les semaines un DJ en résidence d'une heure. « Les DJs mixent chez eux et nous envoient après par internet. Depuis la création de la radio on a eu 30 résidants ». À titre d'exemple : TEKA-B, MYFA, OZ.» 

Certains DJs sont des membres de l'association, aujourd'hui au nombre de quinze. « On est tous des professionnels, on fait une grosse sélection à l'entrée. La plupart ont déjà bien tourné dans les boîtes ». Des soirées ont d'ailleurs été organisées par Decibel Station en direct de boîtes de nuit comme le Tremplin à Noeux-les-Mines ou l'H2O en Belgique.


Un bon démarrage donc pour cette webradio qui se fait discrète et qui est malgré tout sollicitée par des DJs russes et anglais : « Ils nous demandent des créneaux ». Que demander de plus ?« Un local. La clef c'est vraiment ça. En plus je ne peux pas diffuser tout de chez moi avec la connexion internet qu'on a à Halluin ».

Decibel station : une web radio qui prend de l'ampleur

NE_04-02-2012NORD ECLAIR Edition Vallée de la Lys - Le samedi 04 février 2012

Les Djs de la radio-web Decibel Station, créée il y a trois ans par deux jeunes halluinois, se sont retrouvés au CCAD pour leur assemblée générale.

En 2012, la programmation s'étoffera avec l'ouverture d'un nouveau canal pour de musique « hardstyle ».

Lorsqu'il crée le site www.decibel-station.fr avec un ami il y a trois ans, Anthony Ostyn, président de l'association, a une envie : partager avec le plus d'auditeurs possible sa passion pour la musique techno.

Ils étaient deux au début de l'aventure, ils sont aujourd'hui 24 Djs à proposer des sets de qualité à des auditeurs toujours plus nombreux. Un nouveau canal « Hard » devrait s'ouvrir bientôt.

Les Dj's viennent de la région, mais aussi de toute la France, et même du monde entier, puisque l'équipe compte un Américain et une Néo-Zélandaise: « Les Dj's enregistrent leurs sets chez eux, ce qui grantit une ouverture à l'international et une programmation diversifiée, explique Anthony Ostyn.

Nous essayerons de développer un salon musical à Halluin, regroupant constructeurs spécialisés en sonorisation, et une bourse aux vinyls ».

Mais l'association ne bénéficie toujours pas de local. « C'est indispensable pour accueillir des artistes, instaurer des sessions d'apprentissages et pérenniser la radio », a rappelé le président.

Malgré une équipe motivée et une programmation qui plaît, la situation financière de l'association inquiète : « Pour l'instant, le bilan est stable, mais l'année 2012 va être très compliquée, à cause des droits d'auteurs de plus en plus chers. » regrette Anthony Ostyn. 

Article rédigé par AMAURY LUTHUN (Correspondant Local).

Contact us

We would be happy to hear from you!

Decibel Station
Only true music !

Contact us